Le web social, évolution ou révolution?

Jan 15th, 2010 | By | Category: Les affaires, Marketing web

Stratégie internet…

C’est vraiment majeur ce qui est en train de se passer au niveau du web. En fait, ça fait longtemps que ça se prépare, mais on dirait qu’à l’aube de 2010 c’est plus évident que jamais. Peut-être suis-je dans un mode ‘Nouvelle année’, mais il me semble que la tendance s’alourdit.

Le côté social du web est devenu un incontournable. Il y a quelques années, on naviguait le web tout seul…ou presque, c’est a dire nous et Google…Peu de gens se souciaient du côté social de l’internet. Il était facile de voir cependant la puissance de pouvoir réunir des gens autour d’un intérêt commun. Les forums de discussions axés sur des sujets précis étaient en fait les précurseurs des outils sociaux actuels. Si on fait abstraction des technologies, c’est le principe de la conversation qui est en cause ici, le bidirectionnel. Que ce soit avec Twitter, Facebook, les blogues ou le courriel, on est de plus en plus en conversation les uns avec les autres, et ce, indépendamment de la distance et autres barrières sociales.

C’est important cet aplanissement des castes sociales au travers la communication sur internet et ça doit être pris en compte dans votre stratégie. En fait, notre Mercedes ne nous aide pas vraiment à établir notre statut sur le web. C’est comme si on était tous tout nu sur une ile déserte…Riche au pauvre, on a tous la même voix. Et ça, les entreprises devront l’intégrer à leurs stratégies internet et ça ne sera pas toujours facile.

L’image corporative s’achetait autrefois à grand coup de piastre dans des campagnes de publicité médiatiques. J’ai bien peur que nous soyons rendus au point charnière où le pouvoir des médias bascule dans l’impuissance, parce que trop dilués. Il y a aussi le facteur de saturation des gens face aux grands médias et un problème de crédibilité.  Sur l’internet, une bonne image corporative devra se mériter et ça, ce n’est pas évident comme changement de cap.

Un de perdu, dix de retrouvés.

Pas si sur que c’est encore vrai. Sur l’internet ça risque de devenir un de perdu, cent de plus de perdus sur Twitter. Le problème c’est que maintenant on a les avenues pour se connecter avec les autres. Des endroits pour consulter en un instant un agrégat concis et ordonné de ce que les autres en pensent (Yelp et autres…). Quand même, ça change la donne quand un client de Futur Shop n’a qu’a photographier le code-barre d’un produit avec son iPhone ou son Nexus pour avoir accès aux prix de vente du même article chez Best Buy, La source, The brick, Amazone…et en un touché d’écran ou deux voir la carte géographique et le chemin pour se rendre au magasin qui a le meilleur prix….

Qu’est-ce que ça veut dire tout ça?

Ça veut dire que quand je suis en conversation avec une entreprise sur l’internet, je m’attends aux mêmes égards que je reçois des autres internautes avec lesquels je suis en ‘Société’…Une compagnie sur le web ce n’est qu’un autre internaute…ayoye. Ça veut dire qu’il faudra prendre très sérieusement notre virage client social dans notre stratégie internet.

Transparence et simplicité…

J’ai aimé lire la chronique de Chris Brogan : How Heartfelt Marketing Delivers. Dans sa chronique, Chris parle de la campagne que Griffen a faite en préparation pour le CES de Las Végas. Le CES est la plus importante foire commerciale pour les produits électroniques grand public. C’est aussi un endroit où se dépensent des sommes colossales en marketing. Tous les grands y sont. Griffen a misé sur la transparence et la simplicité. Ils ont restauré un vieil autobus VW pour traverser les USA jusqu’au CES, diffusé leurs aventures sur YouTube, leurs photos sur Flicker , créé un site web CESBound mais surtout ils ont partagé leurs enthousiasmes. Quelle belle campagne…le vieil autobus a fait un tabac sur le plancher de la foire commerciale. Allez voir ça, c’est absolument délicieux…

Les grands absents de cette campagne? Pas de grande agence de communication, pas de studio de télé, pas de production dispendieuse. Simplement un document bien fait et beaucoup d’enthousiasme. Ils ont assumé leur place d’internaute comme les autres, ils se sont adressés aux gens d’égal à égal….Les gens ont été en mesure de s’identifier à leurs périples d’autobus au travers les États Unis. Ils ont réussi à emmener leur campagne à un niveau personnelle.

Je pense vraiment que ce sera une année charnière et qu’on verra les entreprises descendre au niveau des gens dans leurs stratégies de communication internet. Il sera intéressant de voir ce qui se passera. Mais j’aime déjà la tournure que ça prend…Êtes-vous prêt pour la transparence et la simplicité?

 

Dans un même ordre d’idée sur mon blogue:
La stratégie internet, les réseaux sociaux un pensez y bien.
Une stratégie internet pour les affaires : L’humain derrière le clavier.
Les affaires dans l’internet : Les gens d’affaires sont confus
Les affaires, les sites internet et la stratégie a adopter: Notre méthode

 

Tags: , , , , ,

5 commentaires
Laissez un commentaire »



  1. […] This post was mentioned on Twitter by intelegia, intelegia and Sophie Ladouceur, Serge Lachapelle. Serge Lachapelle said: Le web social, évolution ou révolution? http://goo.gl/fb/hPTs […]



  2. J’entendais aujourd’hui à la radio que les médias sociaux, dont facebook et twitter, sont responsables d’une très forte proportion des dons amassés jusqu’à maintenant par la Croix Rouge afin de supporter les sinistrés d’Haïti. Pour moi, il s’agit d’un signe. Un signe que le web 2.0 est effectivement en train de révolutionner l’approche marketing. On retrouve désormais des possibilités d’interaction sans précédent qui contribuent à stimuler l’innovation, la réactivité et l’agilité.

    Le marketing ne doit désormais plus servir à vendre ce qui est produit, mais à produire ce qui saura se vendre. L’approche doit stratégiquement se faire en amont dans la chaîne de valeur et remet en question plusieurs processus d’affaires dans l’ensemble de l’entreprise.

    Les organisations devront nécessairement passer par l’adoption des médias sociaux pour réussir à s’adapter à ce nouveau type de réalité économique, sociale et technologique. Cette logique vient confirmer qu’il ne suffit pas de vouloir être présent sur le web, mais bien d’intégrer la stratégie de l’entreprise à cette nouvelle réalité. Dans l’environnement de collaboration, il faut laisser les consommateurs participer et discuter. Voilà toute une nouvelle façon de voir les choses en termes de communication, de marketing et de relations publiques qui risque de révolutionner certaines approches et briser bon nombres de paradigmes.

    Effectivement, les entreprises ne pourront plus contrôler le message comme avant. Ce qui signifie qu’elles devront trouver comment bien dire la vérité. En ce sens, j’abonde dans la même philosophie : la transparence et la simplicité deviendront beaucoup plus payantes, particulière dans une approche client où l’on vise une relation d’affaires durable.

    Alors est-ce que les médias sociaux sont une révolution? Évidemment! Au rythme où Internet change la nature de certains produits et services, la façon dont ils se font connaître, la façon dont ils se font acheter et parfois même la façon dont ils se font consommer. Internet est en train de réinventer les 4 « p », de redéfinir les besoins du consommateur et d’intensifier la notion de marketing relationnel et ce n’est selon moi que les balbutiements d’un raz-de-marée qui s’amorce.

    Je terminerais cette réflexion avec une petite tranche de vie…Quand j’étais petite, soit il y a une vingtaine d’années de cela, j’écoutais des disques en vinyle, je jouais au Coleco et ma télévision n’avait pas de télécommande puisqu’elle était à roulette. Pourtant, aujourd’hui, j’achète sur e-bay, mes services financiers se traitent en ligne, je magasine mes voyages en m’assurant par le biais de blogues que les touristes qui sont passés par là ont été satisfaits et j’ai trouvé deux places en garderie à 7$ pour mes enfants en pleine pénurie en moins de 5 jours grâce à Facebook. En parallèle à tout ça, je regarde mon garçon qui, à 2 ans à peine savait seul comment allumer la télévision et partir son DVD préféré, qui à 3 ans est meilleur que moi au golf sur la WII et qui a reçu pour sa fête de 3 ans un petit ordinateur portable V-tec…Je ne peux m’empêcher de me demander quel genre de consommateur il sera dans 20 ans. Une chose est sûre, les entreprises qui n’auront pas vu venir cette révolution technologique exponentielle ne seront tout simplement plus là pour le servir.



  3. Mylène, que dire de plus….quelle belle synthèse…

    Vous soulevez un point important, c’est à dire le bénéfice d’être à l’écoute de sa clientèle dans le web social. Les compagnies qui sauront s’adapter et entrer véritablement en communication avec leur clientèle pourront bénéficier de l’intelligence du collectif en matière de besoins.

    Comme vous le mentionnez, ils seront en mesure de créer les produits qui se vendront…



  4. La révolution tient dans le changement des rapports de forces. Il faut travailler à changer les cultures d’entreprises pour s’apercevoir à quel point « révolution » est le mot approprié. Parler et dialoguer avec un client? ou pire un lecteur? Pas facile pour la plupart des dinosaures d’une époque de contrôle. Le nouveau « P » du marketing: la Présence! Voilà l’essentiel des propos que je vulgarise dans mon livre qui sortira en février. Alors, je ne saurais être plus en accord avec Mylène Perrier.

    Discussion importante et des évangilisateurs éclairés sont nécessaires pour conduire la révolution, car la majorité des dirigeants sont dépassés! Il faut se rappeler qu’il n’y a pas deux réalités, l’une dite virtuelle et l’autre traditionnelle, mais une seule réalité…celle du client! Sans compter que seulement 52% des entreprises au Québec ont un site Internet selon un sondage du CEFRIO (oct 2008)…pas fort!



  5. Merci pour le commentaire Sylvie.

    Tu as bien raison Sylvie, je pense aussi que le plus difficile a faire est le pas culturel. Mais j'hésite encore à parler de révolution. Le ciel ne nous tombera pas sur la tête en 2010. Je pense que les tendances vont se définir et que les outils vont se confirmer ou s'infirmer…J'avertis mes clients que le social c'est pas pour tout le monde…faut avoir l'envie de s'engager, sans quoi, c'est perdu d'avance…Les internautes sont devenus habiles à détecter le manque de sincérité et de transparence….Aux dinosaures, je conseille la plupart du temps de rester loin d'une caméra vidéo!…Tout ça pour dire que 2010 et 2011 seront fort excitantes…

Laissez un commentaire